Ah! la la! Je devais travailler aujourd'hui mais j'en ai marre donc je m'octroie une petite pause et fais un peu de rangement sur mon ordi. J'ai enfin eu le temps de survoler le fameux site http://flyjin.com

On est en mai et les départs continuent. Une (future) amie allemande que je venais juste de connaître vient de revenir pour une semaine pour faire ses bagages (qu'elle n'avait pas eu le temps de faire lors de son départ précipité) et partir pour de bon :(. Dommage c'est tellement dur de rencontrer des filles étrangères de mon âge et ayant à peu près le même mode de vie. Va falloir tout recommencer du début.

En tout cas les gens sont traumatisés par ce truc de flyjin et comme c'était prévisible ça divise la communauté. Avant il y avait les expats et les étrangers maintenant il y a les flyjin et les non flyjin.

Mais bon les japonais sont un peu hypocrites sur ce coup là et comme d'habitude ils ne perdent pas une occasion d'accabler les étrangers. Beaucoup de japonais ont fuit aussi. Et si moins ont quitté le pays beaucoup ont quitté la ville. Une prof étrangère dans une université, qui n'a pas quitté la ville, nous racontait comment à la rentrée le speech était pour rendre hommage aux valeureux profs japonais qui étaient restés dans l'adversité et tout le mélodrama dont les japonais sont friands, avec remerciements chaleureux, courbettes, namida, alors que plein de profs avaient quitté la ville. Mais pas un mot pour les enseignants étrangers. Bah oui étranger rime avec flyjin maintenant.

Je crois que ce qui fait surtout grincer des dents les non flyjin c'est que ceux qui restent vont devoir dealer avec tout ça, les préjugés, devoir expliquer le comportement des uns, devoir se justifier pour des actes qu'ils n'ont pas commis et devoir regagner la crédibilité perdue et pourtant si durement obtenue. Car oui au Japon les étrangers sont tous mis dans le même sac. Les autres qui ont demandé à être mutés à HK eux ils s'en foutent.

Bref une sélection des articles qui m'ont fait sourire. Au début je trouvais le bal des pleureuses (flyjin ou pas) amusant maintenant je trouve que ça prend une tournure un peu pathétique. Et vous remarquerez que les anglo saxons (euphémisme pour américains au Japon) ne manquent jamais une occasion non plus de prendre les français comme exemple négatif. Alors que les allemands et les américains sont sûrement le symbole de ce truc de flyjin, les français n'arrivant que 3ème :)

 

Financial Industry Flyjins in the News

March 24, 2011

Chairman of the Tokyo Stock Exchange Atsushi Saito told Kana Inagaki of the Wall Street Journal that “foreign firms have called for a shutdown [of the TSE] because they want to run away…. I see that as selfish.”

According to the article, “as Japan’s nuclear crisis worsened, [several foreign banks and one major U.S. financial institution] said they needed to ensure the safety of their employees and wanted the market closed while they were away.”

Mr. Saito blamed the panicky foreigners’ attitudes partly on alarmist and apocalyptic foreign media reports, which the Japanese language-deficient bankers depended on, to the exclusion of more reliable local Japanese news reports.

Meanwhile, Hong Kong real estate agents are reporting a big surge in financial industry expats from Japan looking to relocate in ritzy Hong Kong high rises as a result of Japan’s triple disasters.

“We have received more inquiries from corporates, especially from the banks, on renting serviced apartments after the earthquake in Japan,” according to Edina Wong, senior director of residential leasing at Savills Hong Kong.

An agent with Landmark Asia Realty reported that a French family from Japan relocated to a $13,000 per month unit. According to reports, three-quarters of French expats in Tokyo split after the earthquake.

Peeved Flyjins Sound off to TimeOut Tokyo

March 23, 2011

James Hadfield of TimeOut Tokyo spoke today to a number of flyjins, and boy are they feeling ill-treated.

Noted singer-songwriter and bongo drum virtuoso Samm Bennett points out that flyjin had not “left behind wounded, sick or dying people who need their assistance.”

Writer Jason Jenkins says, “In the uncertainty of the moment, I made a decision and I’m sticking by it,” and also calls upon the avoiding-blackouts-and-toilet-paper-shortages explanation.

Ha ha! on en entend de ces raisons. "Je quitte le pays car il y a une pénurie de papier toilette".

Concert promoter Daniel Robson paints a darker picture of a Japanese media conspiring to keep citizens in the dark about the true extent of the danger (Robson is now back in Tokyo from Osaka). He’s planning on redeeming himself by organizing a fundraiser concert for tsunami victims.

C'est la nouvelle mode en ce moment, ils sont tous là à faire des trucs caritatifs, ils se foutent même de savoir si c'est vraiment utile ou efficace, l'essentiel est de pouvoir dire "j'ai aidé le peuple japonais, j'étais là pendant la catastrophe" et à se congratuler entre eux. Ce sont des survivors. M'enfin au moins on n'entend plus l'autre de TPA avec son "en direct de Tokyo et que je suis de retour et que regardez je suis là".

 

Former Japan Times editor Richard Smart went to Kyoto, but not out of any panic. On the contrary, his Kyoto excursion was part of his preexisting Tokyo earthquake contingency plan.

Technical editor Sandra Barron caught a 2 a.m. flight to the U.S., but points out that from a strictly numerical, non-percentage sense, more Japanese probably traveled out of Tokyo and Japan than foreigners. That’s undoubtedly true. It would be true even without an earthquake.

 

Latest Coinage: Cryjin (a Flyjin Without a Sense of Humor)

C'est vrai qu'ils le prennent très mal. Vous me connaisez pour mon côté taquin et sarcastique, et bien même moi j'évite de parler du sujet dans les cercles d'expats c'est pour dire. Etant en infériorité numérique et avec mon style assez cassant, je n'ai pas envie de servir d'exutoire.

March 23, 2011

Today @seanmaki on Twitter commented that “there are a few flyjins getting quite defensive about a bit of gentle-natured ribbing.” His advice? “Lighten up!” His hash tag? #cryjins.

Bien trouvé

It appears that cryjin was first used on Twitter on the 20th by @ThisIsMarkAce, but didn’t get any traction at that time.

Tweeter, cette invention machiavélique

@AsiaChaos sympathizes with returning flyjins, who “are likely sharing harrowing tales of escaping the Tokyo carnage. Crowded trains. Flight delays. Those poor people.”

@declanmurphy recommends a boycott, saying he doesn’t “think anyone should do business with #flyjin. Simply can’t be trusted.”

One flyjin, @TokyoWriter, now basking in the Florida sun, is “really peeved about the WSJ article about the flyjin returning to Tokyo. Frankly I feel lucky to have options in my life.”

L'option de ne pas être rationnel est typique de notre époque. Nous sommes la génération qui n'a pas connu la guerre, la famine, bref on ne sait pas ce que c'est réellement que l'adversité. Pendant la crise (je parle toujours pour Tokyo) il y avait des gens en Libye et en Côte d'Ivoire. On regarde les arrivées des expats à Roissy ça me laisse vraiment perplexe de voir les mêmes images pour toutes les provenances. Trouvez l'intru.

What Kind of Flyjin are You?
http://flyjin.com/what-kind-of-flyjin-are-you-poll/

Goldman Sachs to Tokyo Staffers: Leave Tokyo and You’ll be Looking for a Job

March 30, 2011

When four executives from Goldman Sachs visited their Tokyo subsidiary last week, they told foreign employees in no uncertain terms that if they left Tokyo they would not have a job when they returned, according to a report by John Carney of CNBC.com. Almost all employees elected to stay, although some relocated their families.

Ah la la! Les Affaires, ce monde impitoyable. Quand j'aurai le temps je mettrai des news de notre cher ambassadeur qui s'est officiellement complètement désolidarisé de ses sujets. Ne comptez pas sur lui pour votre mot d'excuse à votre entreprise.

Goldman had temporarily closed its offices immediately following the Tohoku earthquake. But after criticism from Tokyo Stock Exchange chief Atsushi Saito and others, the firm now wants to project an image of business as usual.

 

Update: Gawker reports this under the headline “Goldman Sachs Orders Employees Not to Leave Japan’s Irradiated Hellscape.”

Update 2: Ari writes in to point out that irate flyjin-wannabe Goldman Sachs staff and others are leaving some entertaining comments below the CNBC post.

  • “I sense a future class action lawsuit by the families of radiation-exposed Goldman Sachs employees in Tokyo.”
  • “If this doesn’t meet the definition of a tort or deliberate infliction of emotional distress (stay and be exposed to lethal levels of radiation or you lose your job) then I don’t know what does. Goldman is probably banking on these employees losing their lives long before they can bring a lawsuit against the company.”
  • “Goldman is notorious for saying one thing and doing another, just like they with their clients. These guys are out of there. Japanese clients should ask for a visit from their local Goldman representatives not just a phone call. Calls are most likely forwarded.”
  • “I live here, and pretty much everyone is going to work, because radiation in Tokyo is normal. The water is safe. We are 275 km from the reactors, not across the street. This is the equivalent of nearly Manhattan to Baltimore.”
  • “I notice the Goldman Sachs executives did not stay Japan. So much for leading by example.”
  • “Send the CEO and the Board to Japan. What a bunch of scumbags. Employees sue the morons.”

 

Why I fled: Eric Turner

April 7, 2011

In general I’ve been sticking to “Why I Fled/Stayed” stories from major media websites and avoiding bloggers, but I had to include this one for its sheer ingenuousness. No Tepco rants here, no Radiation 101. This guy was scared and he admits it, he left his employer in the lurch and offers no excuses, and he cut the line at the immigration office and feels like a douche bag for it. You have to give him credit.

Wow en effet c'est la 1ère fois que j'en vois un qui admet tout simplement qu'il a eu peur. D'habitude on a droit à la théorie du complot ("les médias japonais blabla"....bah lis d'autres médias -__-), des trucs existentialométaphysiques "ceux qui restent vont tous mourir", la condescendance (en tant qu'expat on ne se refait pas) "ceux qui restent c'est parce qu'ils n'ont pas les moyens de partir", les enfantillages "l'ambassade nous a presque dit de partir". Bref jamais on a un simple et tellement vrai "j'ai flippé".

Ah! si une fois on a réussit à tirer les vers du nez d'un flyjin français qui vivait à Osaka ^__^; et qui vraissemblablement assumait mal tout ce truc de flyjin et avait essayé de nous faire comprendre qu'il était parti à cause de la société japonaise qui est trop méchante avec les étrangers. Quand on lui a dit que ce qu'il racontait n'avait ni queue ni tête il a finalement enfin sortit le mot "peur".

Franchement beaucoup essaient de se trouver des excuses bidons alors que la réalité est toute simple. Il n'y a aucune honte à avoir peur, on a tous eu peur. Mais ne pas assumer ses choix et sa panique....c'est limite flippant le nombre de personnes puériles qui se disent avoir agit en tant qu'adultes.

 

[T]he hairs on the back of my neck began to raise when I started reading reports to the tune of “Elevated radiation levels not harmful….”

It was time to get the hell out of Tokyo, at least for a few months. I consulted with the president of the small 8-man company, got an okay for temporary off-site work iChat based telecommuting, and purchased two round-trip tickets to Grand Rapids ….

First of all, I needed to secure a re-entry permit from the immigration Bureau Office….

Evidemment. Comme quoi quand on veut on peut rester rationnel. Dire au revoir à la poule aux oeufs d'or oui mais pas adieu.

The situation at the Immigration Bureau was hard to describe: it was a sight that made me feel like a 10-pound weight had been dropped in the pit of my stomach. A line of people three abreast extended out of the Bureau office building, down the street, across it, down the next street, across it, down the street after next, across that, for as far as my eyes could see.

Tiens ça me fait penser j'ai toujours pas fait mon re entry.

Security guards posted at 50 meter intervals or so, waved you along, guiding you to the end of the line. Though I had arrived at about 12:00 noon, I wondered if the people at the end of the line would get processed before the office closed for the day at 4:00 p.m. In a moment, a small colorful wave of primal anxiety welled up, producing images in the center of my mind’s eye, images of my helpless wife at home, and, radiation.

Without forethought, I cut straight across the street to where the head of the line looped toward the entrance of bureau office and approached the security guards from behind asking them, “Ato dono kurai matsu no?” (‘How much longer?’). I hoped that making small talk with someone of authority might make it seem as if I had reason for being there, near the head of the line.

I chatted there with the uniformed men for some seconds, and then just sort of shamelessly melted right there into the crowd, carving out a place for myself near the head of the line. In my peripheral field of vision, I noticed angry eyes burning into me. I smiled politely at one such man to my right, a chinese, but my gesture was immediately rejected with an ice-cold stare of contempt and a vicious bark “Dame dayo!” With a cool smile and the calculating precision of a professional social engineer or con-artist I lied right through my teeth: “I’m just returning from the bathroom, I was here before.” I felt a bit ashamed inside. I felt like a jerk even. A manipulator.

Et oui dans les moments de crise les gens font sortir leurs pires côtés. Mais bon lui au moins n'a pas abandonné sa femme derrière lui.

But yet, my wife was depending on me. And I intended to keep my spot. I intended on getting us to the Airport tonight and on that flight out of Japan the next day. No matter how many cold stares I had to face. I was processed in a couple of hours and received my re-entry permit.

Mais quand on lit les commentaires sur le témoignage entier (car là il ne s'agit que d'un morceau) ça en dit long sur la personne. Malheureusement l'auteur a coupé l'accès à son témoignage (pourquoi faire un témoignage publique si on ne supporte pas la critique et on s'auto censure ensuite?). Le mot narcissisme employé par quelqu'un revient souvent dans mon esprit. On veut son heure de gloire mais sans s'assumer et sans remise en question.

http://flyjin.com/why-i-fled-eric-turner/#more-735

French Flyjin and the French Expats They Left Behind

Il y a une vidéo sur la  page http://flyjin.com/french-flyjin-twitter-media/
(Ils sont chiants canalblog de n'accepter que les vidéos dailymotion -_-)

April 5, 2011

French citizens in Japan have taken more than their share of razzing since the Tohoku Earthquake, what with reports that three-quarters or half or some huge proportion of them left the country. Just as English-speaking residents of Japan (at least those who couldn’t understand Japanese and who weren’t aware there was an English sub-channel for NHK news)

s'ils savaient le nombre d'expats français qui vivent à l'étranger depuis des années, par choix, et qui ne parlent même pas anglais ^__^;. NHK en anglais n'aurait rien changé. En plus avec la théorie du complot....

put too much credence in crazed CNN news reports, Francophones were subjected to their government’s outlying assessments of the dangers of Fukushima (and since France is number 2 to the United States in nuclear electrical generation, French people probably think their government knows what it’s talking about).

But not all French citizens fled Japan, and some of those who stayed are pretty burned up about the mess that the French flyjin have left behind for them to deal with.

 

“Gordon Gekko” (@SkyZeLimit on Twitter), who works in the financial sector in Tokyo, especially hard hit by flyjin, has been spewing epithets at his countrymen for the last couple of weeks. Some examples:

  • How do you dispose of 400 tons of garbage? Change your name to Air France.
  • What is the difference between flyjin and us? Flyjin are in the same airplane, but we’re in the same boat — with the Japanese.
  • What is the favorite horror movie of flyjin? Mommy, I missed the plane.

Oula! les esprits se sont vachement échauffés on dirait. Je suis une enfant de choeur à côté.

French graphic designer in Tokyo @Uzaigaijin is telling her flyjin French friends thinking of slinking back to Tokyo that she will cut the number of sarcastic remarks that she makes by 50 percent if they bring her back a good quality large dry salami.

Pas bête. I wish I had French friends.

Robin (@Rollabunna) in Nagoya is far from Fukushima, and says he isn’t taking sides, but he’s trying to be helpful to fellow non-flyjin Francophones by coming up with a a real French equivalent for flyjin (which is kind of like le parking, I suppose, grating on sensitive French ears). Robin suggests rapatriote, from rapatrier (to repatriate) and patriote (patriot). Gekko thinks rapatriote misses the negative connotation of flyjin and proposes voleur, which I think may be a pun on the French words for “thief” and “to fly.”

Rien à voir mais j'ai bien aimé le diejin. Ingénieux quand on connaît toute la panique autour du "c'est la fin du monde, on va tous mourir!". Ca ajoute un petit truc mélodramatique à la notion de flyjin.

 

Flyjin in the French Media

 

In the French media there has been coverage of the flyjin. A few days after the earthquake Le Figaro posted a video of flyjin interviewed at Paris-Charles de Gaulle Airport (above). And a couple of weeks ago Le Figaro wrote about returning French and worried about the dangers to French brands which have been so popular in Japan.

Tain mais comment il sait tout ça, même moi suis pas au courant de tous ces articles.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/03/20/01003-20110320ARTFIG00277-les-japonais-surpris-par-l-exode-des-expatries-francais.php

Ah ouais c'était la semaine où j'en pouvais plus et je me suis éloignée de l'ordi.

"La distribution de pastilles d'iode à Tokyo a permis d'évaluer à plus de 2000 le nombre de Français restés dans la capitale. Et entre 1000 et 2000 seraient rentrés directement en France."

Lol c'est comme ça qu'ils ont fait leurs évaluations à l'ambassade? Moi qui croyais qu'ils avaient des sources sérieuses genre ils ont checké à l'immigration et tout? Franchement ils sont trop forts à l'ambassade. Bon, je suis jamais allée chercher ces pilules (moi et plein d'autres), je sais pas comment ça a été distribué mais vu le bordel ça ne m'étonnerait pas que certains ont pu en avoir triple dose.

Last week La Depeche writes about a flyjin couple Nicolas Nieto and Jacqueline Lemasle, who once they arrived back in France and had time to gather their thoughts realized that they are closer to more nuclear reactors there than they had been in Japan. They are looking for jobs in France, which is probably a good idea, since Nicolas and Jacqueline worked as French teachers in an international school, and took 10 minutes to decide to leave, giving no notice to their employer. The two plan to campaign against nuclear power. Good luck on that, given that 75 percent of France’s power is nuclear and France is a leader in nuclear power plant technology.

It amazes me that flyjin like Nicolas and Jacqueline are voluntarily giving interviews. At some point in the future a prospective employer is going to open up Google and find that they ditched a previous employer with no notice.

Au début ceux qui partaient donnaient des interviews à gogo partout pour dire, alors qu'ils venaient de régions pas du tout touchées, comment ils étaient des survivors, comment ils avaient bravé le danger et pu rentrer (alimentant au passage la psychose qui nous empoisonnait la vie ici). Tout comme ils n'ont pas pris le temps de réféchir sur le coup pourquoi l'auraient ils pris une fois "sains et saufs" surtout grisés qu'ils étaient par les médias ?

By that time the Fukushima accident may well be a dim memory. Worse, one of them may fudge in how the departure is described on a resume, and be caught up by an interviewer who discovered the La Depeche article. This is not rocket science. If you’re a flyjin who left any sort of bad impressions in Japan, and especially if you don’t plan to return, just shut up, no interviews, no articles, not blog posts, no social networking updates, no audit trail left for eternity in Google.

Problème, ils ont tous le syndrome des alcooliques anonymes. Ce besoin de partager leur "parcours de survivants" à qui veut bien (ou pas) l'entendre. Je suis sûre si je tape "Why I left Japan" sur Google je vais trouver une pléiade de témoignages. Je ne fréquente pas les cercles d'expats mais ça doit être la discussion du moment, partager les récits de son départ pour mieux se congratuler entre soi et verser une larme en groupe. Un moment TPA était même pris en otage par ces gens qui se croyaient à une réunion de paroisse où chacun se doit d'écouter la vie à problème des autres. C'était le courrier du coeur. Maintenant que la modératrice ne la ramène plus sur ses problèmes existentiels je suis sûre que les messages d'ordre privé comme on a pu en voir ne passent plus maintenant. Too bad pour ceux qui recherchent une oreille attentive. Ah! non, les psychiatres de Tokyo se sont mobilisés pour les pauvres gaijin traumatisés  (je savais pas qu'il y avait autant de psy gaijin à Tokyo.....on en apprend des choses). Problème..........c'est en anglais.

Ah! Mon Dieu! Il  faut lire les com. La vidéo d'un gars qui essaye d'expliquer la situation en vidéo. Mais je ne comprends pas ce désir d'exposition à tout prix? Si on ne sait pas parler anglais pourquoi faire une vidéo en anglais? Il pouvait faire une vidéo pour ses proches et parler en français?

.......Nan c'est pas possible, que quelqu'un me réponde, c'est un gag?
Lol et les zoom ça rend le truc encore plus surréaliste.
Si cette vidéo  n'est pas un fake vous avez une très belle démonstration de comment les gens sont devenus fous.

Ah! Ah Aroun faut que tu regardes ça!

http://www.youtube.com/watch?v=UmBcp7eubtY&feature=player_embedded#at=13

Et à la fin il casse sa caméra?

Lol ce gars est dément. Et en français c'est pas mieux (j'osais pas le dire mais à mon avis c'est pour ça qu'il parlait en anglais, au moins il avait une excuse dans le fait de ne pas maîtriser la langue)

D'ailleurs Aroun avant les évènements je voulais te faire suivre un truc sur Ribéry parlant allemand....faut que je retrouve ça.

http://www.youtube.com/watch?v=QwkVxHrliKk&feature=related

J'adore comment le gars est démoralisé....on dirait vraiment un sketch.

Et alors qu'il prend bien le temps de trouver ses mots...."Aujourd'hui nous sommes le mardi 12 mars 2011".
Bon je sais c'est pas bien de se moquer....mais si c'était pour être frappé à ce point il vallait peut être mieux partir non? Je ne crois pas que pour sa santé mentale ce soit bien de rester et à la vue des vidéos je suis sérieuse. Rester c'est bien mais si c'est pour pêter un cable et faire une dépression...Je sais pas, moi je dis ça mais je dis rien.
Nan mais sérieux le gars est au bout du rouleau. Je sais pas où il habite mais s'il est près de Fukushima faut qu'il s'en aille. Mais pour sa santé mentale faut qu'il quitte le pays, vraiment.

Jean, don’t worry about it. There are idiots of all nationalities. How about the Kiwi who ran home and bragged about protecting his exposed hand with an oven mitt? “Kiwi ingenuity”
Didier April 21, 2011 at 1:56 pm

Cher monsieur (je dis monsieur car seul un homme peut avoir assez d’energie a perdre en creant un tel site.., a mon avis… mais je peux me tromper),

J’ai clique sur un lien concernant “Flyjin” dans un courriel a l’image de ce site: tres pauvre! et quelle ne fut ma surprise de retrouver une video captee a l’arrivee a RCDG le 16 mars dernier par BFMTV.

Je trouve tres leger de diffuser ce document au milieu de commentaires peu flatteurs au sujets de ces “lacheurs”. Que savez-vous au sujet de ces personnes, monsieur? Si je vous interpelle, c’est que bien entendu je suis parmi les interviewes, et donc que je me sens directement concerne par les propos moqueurs et souvent injurieux que je trouve dans ces pages…

Je m’exprime tout simplement pour souligner votre erreur et votre legerete en diffusant ce document. Je ne connais pas l’histoire de chacune de ces personnes, mais pour faire bref, je vous parlerai de moi. Peut-etre, mettrez-vous un peu d’eau dans votre vin et retirerez-vous ce document qui devient diffamatoire.

Je ne suis pas parti, monsieur.

Je suis reste au Japon durant toute la crise et m’y trouve encore. La seule chose que j’ai faite, et c’est pour cela que je suis sur cette video, c’est d’aller confier mon fils de trois ans (que l’on voit brievement sur le document..! et donc je vous prie de retirer cette video afin de proteger un mineur…) a ses grands-parents afin de l’epargner en cas d’agravation de la situation. Ceci fait, je suis rentre immediatement rejoindre mon epouse qui m’attendait a Tokyo. (A/R, en tout et pour tout 3jours… pas mal, non?) Mon histoire n’est pas unique et d’autres ont sans doute fait de meme. Je vous prie donc encore une fois de retirer cette video de ce contexte fort blessant… et les autres aussi. Surtout les videos qui ne sont pas en angliais et dont vous ne saisissez a coup sur pas le sens.

Une autre victime des dommages collatéraux dus au mouvement des flyjin? En même temps personne ne se soucie de cette vidéo. J'ai dû revisionner pour voir de quoi il parle.

Voila, ce n’est pas une justification. Je me moque de mon image, mais simplement, je tenais a vous dire cette histoire afin que vous puissiez temperer vos propos et reflechir un peu avant d’utiliser l’image des autres et de vous retrouver dans la peau d’un diffamateur.

Vous accusez gravement de lachete des gens que vous ne connaissez pas, dont vous ne connaissez pas l’histoire et utilisez leur image… Je vous laisse la responsabilite de vos ecrits qui ne me touchent guere, par contre je refuse d’etre considere et montre injustement pour ce que je ne suis sans doute pas. Je pense que vous me conprendrez.

Autre chose, je n’ai pas repondu a BFMTV, mais a France2 (que j’ai choisi en toute conscience) et ces images de moi ont ete prises par cette chaine a mon insu (je ne regarde d’ailleurs pas le cameraman de BFM…). Autre sujet de litige. Mais cela ne vous concerne sans doute pas.

Merci de m’avoir lu.

Didier.

Typique des gus qu'on voit par ici. On est sur un site anglophone avec des gens qui parlent en anglais, et le gars vient comme un cheveu sur la soupe faire son discours...en français. Que quelqu'un l'entende.
Au lieu d'écrire en français à quelqu'un qu'il accuse de ne pas comprendre le français ^__^; qu'il dénonce haut et fort ces médias qui font des bidouillages de l'info.

I left because I could

April 5, 2011

Some flyjins have made the vaguely class-based observation that they were fortunate to be able to leave because they had the means to do so — that they left because they could.

Unlike the rest of us, living from hand to mouth, desperate to leave, bitter because we couldn’t.

 

Let’s take a closer look at this. These privileged expats:

  • Had money in the bank for plane tickets, sufficient that it was nothing to them to spend it
  • Had no job in Japan that depended on their presence, or they worked at home via the internet
  • Had no particular ties to coworkers or friends, neighbors or relations who would be affected by their absence, who might want or need to meet them in person, or who might feel resentment due to their sudden absence
  • Could leave Japan behind if it came to that and move on

I have no particular problem with this particular species of flyjin, but I wonder why, if they were so disconnected from things, they were here at all? They were tourists, in the end.

Bon et encore plein de récits sur le site.